Quel est le lien entre Qi Gong et Méditation ?

Dans cet article, que vous soyez intéressé par la méditation ou le Qi Gong, vous pourrez voir à quel moment ses disciplines se sont rencontrées.

  • Qu’en est-il aujourd’hui ?
  • Peut-on pratiquer le Qi Gong sans aucun intérêt pour la méditation ?
  • Quels sont les liens pour les pratiquants entre ses deux disciplines ?

C’est ce que je vous propose de découvrir… Bonne lecture.

Les origines du Qi Gong

Les origines du Qi Gong dans la tradition Chinoise remonteraient jusqu’à il y a 5000 ans, pratiqué par les moines Taoïstes.

Cependant bien plus tard le Qi Gong a vu une résurgence depuis le fameux monastère de Shaolin.

 Les enchainements bien connus « Les 8 pièces de Brocart », « les 18 mains des disciples de Bouddha » sont réputés avoir été transmis par le moine indien Bodhidharma lors de son voyage en Chine au 6ème siècle de notre ère aux moines de Shaolin.

Temple de Shaolin

Pourquoi du Qi Gong pour méditer ?

Quand Bodhidharma qui était un maître de méditation vit l’état physique déplorable des moines avachis et ventripotents en train de réciter les soutras ou de tenter de méditer.

  1. Il leur enseigna qu’il était important de maintenir le corps physique dans un état dynamique pour méditer correctement.
  2. Il leurs transmis alors des séries de mouvements pour affermir le corps, ces mouvements contiendraient aussi de profondes significations symboliques.

Qi Gong et arts martiaux

Plus tard les mouvements de Qi Gong transmis par Bodhidharma servirent de base aux Kung Fu de Shaolin et à l’entrainement physique intense des moines ainsi qu’à leur défense.

Boddhidharma était d’origine de la province de Kanchipuram et troisième fils du roi de Madras. Il était issu d’une caste de guerriers et initié aux maniements des armes (vajramushti, une très ancienne technique de combat indienne) ainsi qu’au Yoga. Il était donc la personne parfaite pour combiner l’aspect physique, respiratoire et méditatif dans une pratique globale.

L’aspect énergétique des arts martiaux s’est perpétué jusqu’au Japon ou il est demeuré secret jusqu’au 20ème siècle et uniquement transmis de maitres à pratiquants très avancés.

8 pièces de brocart

Le Chan et le Zen

La légende raconte que Bodhidharma qui avait médité 9 ans dans une grotte devant le temple avant de se présenter, avait obtenu l’éveil parfait, l’illumination.

Dans les textes chinois il est considéré comme un maitre de « dhyana » mot sanskrit qui signifie « méditation ». La doctrine qui découlera de ses enseignements est connue sous le nom de Bouddhisme « Chan » qui est la transformation directe du mot « Dhyana »

Cette doctrine se répandra largement en Chine, puis au 12ème siècle le bouddhisme Chan méditatif arrivera au Japon où le mot se transformera en « Zen » (Dhyana => Chan => Zen).

Bodhidharma est considéré au Japon comme le fondateur du Zen où il est extrêmement populaire et connu sous le nom de Daruma. On retrouve de nombreuses estampes le représentant dans les temples japonais.

Calligraphie Chan - Zen

La lignée de Bodhidharma

Bodhidharma était un patriarche bouddhiste indien de la lignée de Mahakasyapa, disciple proche et direct du Bouddha connu pour ses austérités, sa vision profonde, l’importance qu’il donna à la pleine conscience et la méditation. Son nom signifie « le grand porteur de la Lumière ».  C’est naturellement que le Zen a été fortement influencé par cet aspect méditatif des enseignements bouddhistes.

Le Zen et le Shinto (tradition spirituelle japonaise ancestrale) ont permis la transformation des techniques guerrières des samouraïs et les ont raffinées pour donner naissance aux Arts martiaux. Le but n’était plus alors de seulement gagner le combat mais de développer la vertu et des valeurs nobles, la maîtrise de l’Esprit et de suivre la Voie.

Cette transmission se retrouve tout naturellement dans le KikoZen ainsi que toutes les autres influences évoquées plus haut.

Pour résumer, on pourra dire que :

  • Une partie des arts martiaux et du Qi Gong chinois ont subi l’influence de Bodhidharma.
  • Ces pratiques étaient prévues pour préparer le corps à la méditation
  • Le bouddhisme Chan donna le Zen au Japon et influencera considérablement les arts martiaux.
  • L’origine Indienne d’une partie de ces enseignements via le Bouddha explique aussi que l’on retrouve des similitudes avec les enseignements millénaires de l’Inde et des Védas.

Kiko Zen une introduction ou préparation à la méditation

Au début et à la fin de chaque cours de Kiko, nous pratiquons une courte concentration/méditation assisse.

Après plus d’une heure d’exercices et de respirations profondes il est étonnant de constater à quel point notre esprit est plus calme et notre corps disponible pour s’asseoir tranquillement en silence.

On peut faire l’expérience de rester 10 minutes ou plus dans un état de calme et de concentration avec un minimum d’effort.

Cet état méditatif est réellement facilité par la pratique de Qi Gong.

A partir de la rentrée prochaine il y aura des cours alliant Kiko et méditation.

Mon parcours dans la méditation :

Dans l’école Kamakura où j’ai appris le Kiko, les cours avancés comprenaient parfois de grands moments de méditation.

Par la suite j’ai participé pendant 15 ans à de nombreuses retraites et pratiques Bouddhistes et Yoguiques très orientées vers la méditation avant de devenir enseignant diplômé en méditation de pleine conscience (programme MBSR pour la réduction du stress).

Découvrir les programmes de pleine conscience

Partagez

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire