Trancher avec le sabre

Le Kiko intègre certains mouvements des arts martiaux traditionnels japonais comme le Kyudo (art du tir à l’arc) ou l’Iaido – Kendo l’art du sabre, l’art du Bâton…

Harmoniser notre corps, notre cœur et notre esprit

Au-delà de l’aspect purement martial, ces mouvements sont là pour unifier ces 3 composantes de notre Etre.

Imaginez la puissance qu’auraient chaque geste ou parole si ils étaient l’expression complète de ses 3 aspects réunis dans un seul instant parfait.

C’est la voie de l’unité, du centrage que nous proposent les arts martiaux dans leur pureté.

C’est aussi la voie du Zen, de la Vie qui se déroule uniquement dans l’instant présent, si précieux et qui pourtant se renouvèle encore et encore.

Demeurer sans s’attacher

Taisen Deshimaru parle ainsi de la voie du sabre :

« Le Kendo, art de l’épée a toujours été considérée comme la pratique la plus élevée, la plus proche de l’esprit du Zen. Pourquoi ? Parce que tous les Samouraïs et les Maîtres japonais savaient qu’avant d’être digne de tuer quelqu’un, il leur fallait d’abord apprendre à se tuer soi-même avec l’épée. Ils apprenaient non seulement à trancher l’adversaire, mais surtout à trancher leur propre conscience. Comment mourir, comment vivre ? La voie du sabre pose sans cesse cette question. »

« Etre Zanshin : C’est un terme que l’on retrouve dans la pratique du Kendo. Zanshin est ce qui demeure, sans s’attacher, vigilant et détaché. Juste attentif à ce qui se passe, ici et maintenant. Peu à peu cette attitude s’applique à chacun des actes de votre vie. »

Ci-dessous une vidéo avec le mouvement du sabre à pratiquer avec notre corps cœur et esprit unifié.

Bon visionnage.

Partagez

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn

Cet article a 2 commentaires

  1. Fabrice

    Merci Hervé pour votre commentaire, vous pourrez retrouver les 4 phases classiques de l’Iaido, sortir le sabre et trancher, deuxième coupe, nettoyer la lame avant de la remettre dans le fourreau. Pratiquer dans la lenteur vous permettra d’intérioriser le mouvement et la respiration et la circulation de l’énergie dans le mouvement.

  2. Hervé Desormeaux

    Excellent. Ayant pratiqué le iaido, à une époque, je vais pratiquer ce mouvement avec plaisir.

Laisser un commentaire