Comment ralentir les pensées, l’enracinement

Comment ralentir les pensées

L’activité mentale incessante :

Aujourd’hui une grande partie des personnes travaillent sur ordinateur, sont hyper sollicité par les nouveaux médias (mails, whatsapp, facebook, instagram), se trouvent confronté à des difficultés dans le travail, l’environnement familial avec de plus en plus souvent, une incertitude sur l’avenir voire la santé pour soi et ses proches.

Ce stress et cette pression se manifestent par une activité mentale qui s’emballe et devient incessante.

Des solutions qui ne fonctionnent pas

Pour tenter d’arrêter cela nous essayons de nous échapper :

  • Nous nous plongeons dans les distractions, internet, télévision, où même les réseaux sociaux… Notre activité mentale reste constante.
  • Nous faisons du sport, des activités, mais parfois les pensées angoissantes continuent ou reprennent le même rythme après une pause qui ressource à peine.

L’activité mentale continue, nous épuise, et plus nous y pensons, plus cela crée de l’anxiété qui rajoute à notre encombrement mental.

Il est urgent de ralentir :

Notre cerveau produit autour de 90 000 pensées par jour. Et c’est normal.

Alors qu’elle est la solution pour ne pas aller vers l’épuisement, le surmenage voire la dépression ?

Prendre du temps pour nous, qui nous permette de ralentir.

Mais ce temps doit se faire dans un premier temps dans la présence au corps et à la respiration en conscience.

C’est la qualité de notre conscience dirigée vers une activité corporelle lente ou immobile, vers la respiration dans le corps ou la contemplation qui va pouvoir ralentir notre rythme effréné.

Un trop plein d’énergie dans la tête :

Chaque fois que nous ressassons :

  • un mécontentement,
  • une insatisfaction,
  • un souvenir douloureux,
  • une anxiété pour un événement futur,
  • une idée d’impossibilité etc…

nous entretenons une activité mentale qui amène à la fois dans le cerveau mais aussi dans toute la sphère énergétique autour de la tête à la fois une lourdeur et comme un bouillonnement incessant.

Résultat : Sentiment de confusion, immobilisme, découragement, mais aussi irritation, difficulté d’endormissement, réveil difficile, des nuits peu reposantes, fatigue chronique, la sensation d’être littéralement assailli par des quantités de pensées. 

L’énergie suit la pensée : Un principe universel.

Chaque fois que nous formulons consciemment ou inconsciemment une pensée négative et une rumination nous allons diriger de manière répétée de l’énergie dans la zone à l’intérieur et autour de notre tête.

Nous sommes identifiés au mental en sur-activité et nous nous déconnectons de notre corps.

Utiliser ce principe à notre avantage :

Si il y a eu une accumulation inconsciente au niveau de notre tête nous pouvons utiliser le principe « l’énergie suit la pensée » pour rediriger consciemment l’énergie et « dégager » notre tête.

Il existe plusieurs méthodes pour cela.

La méditation de pleine conscience est tout à fait appropriée quand elle est correctement guidée. En suivant un programme plus long (MBSR de 8 semaines) nous allons pouvoir aussi prendre des nouvelles habitudes pour éviter de reproduire les schémas qui nous ont amené vers cette accumulation de stress.

La pleine conscience commence avec la Pleine Présence.

Que signifie pleine présence ? C’est rediriger de manière consciente notre attention vers le corps et la respiration. Etre présent à nous même dans notre incarnation. Habiter notre corps et vivre dans la connexion au corps plutôt que vivre dans notre tête à une certaine distance de notre corps.

C’est exactement ce que nous faisons dans le Kiko Zen.

Comment libérer notre tête :

Si l’énergie est montée ou a été accumulée vers la tête, il va falloir la faire redescendre. C’est logique.

Pour cela nous allons porter notre attention consciente vers les autres parties du corps.

Dans les arts martiaux et le Zen on privilégie 2 Zones principales, le Hara et les pieds.

  • Le Hara (au niveau du ventre) favorise la stabilité et permet aux émotions de se calmer. C’est en ce lieu que nous pouvons nous recentrer. Il correspond pratiquement aussi au centre de gravité du corps.
  • Les pieds favorisent l’enracinement, et le contact avec la Terre.

Pourquoi et comment s’enraciner ?

« Avoir les pieds sur terre » est une expression qui prend tout son sens.

Nos pieds sont si loin de notre tête que parfois nous n’y faisons pas attention pendant de très longues périodes où alors seulement quand ceux-ci nous rappellent à l’ordre (en nous cognant ou par des douleurs).

En nous reconnectant avec nos pieds et en reconnectant nos pieds avec le sol et la terre, nous favorisons l’enracinement.

L’enracinement est un lien à la terre qui nous rapproche de la Nature et de notre nature.

Quand ce lien est rétabli, c’est une libération naturelle de beaucoup de tensions qui se met en place. C’est aussi une possibilité de retrouver de la vitalité.

L’enracinement et le lien à la terre est une des bases du KikoZen

Dans les premiers temps de l’apprentissage du Kiko, je prends un soin tout particulier à ce que les pratiquants adoptent des postures correctes qui vont favoriser cet enracinement.

Quand le bas du corps est ancré, l’équilibre du corps et de l’esprit devient naturel et tout le reste devient plus aisé.

Il apparait évident que l’agitation mentale crée un déséquilibre du corps, et justement en passant par la stabilité et l’enracinement du corps nous allons pouvoir tranquilliser notre esprit et ralentir nos pensées.

Un fort lien avec la Terre et centrage dans le Hara est visible chez tous les maîtres d’art martiaux et leur permet de rayonner une force et une énergie extraordinaire.

Partagez

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn

Cet article a 6 commentaires

  1. Sylvie gavelle

    La présence autrement dit « ici et maintenant » 👏🙏

  2. Gavelle

    La présence autrement dit « ici et maintenant » 👏🙏

  3. Myriam R

    Superbe article…merci Fabrice; suite aux stages Kiko j’essaie de l’intégrer dans mon quotidien, j’ai commencé 10mn / jour à refaire les mouvements (respiration, postures ….), je ressens plus d’enracinement et de bien-être dans mon corps, de présence à l’instant…Gratitude infinie pour tes enseignements.

  4. Sylvie Bigaillon

    Magnifique article Fabrice, un grand merci

  5. Hervé Desormeaux

    Merci pour ces conseils.

  6. Gavelle

    Merci pour ces conseils que j’applique même en journée des que je peux

Laisser un commentaire