Plus de temps pour soi

C’est la rentrée et déjà plus de temps pour moi.

Comment en suis-je arrivé à une vie trop pleine où je n’ai plus de temps pour moi, où je me sens débordé ? C’est la question que nous sommes très nombreux à nous poser quand tout s’accélère et que les choses s’accumulent.

Une manière de voir les choses est de se rendre compte que nous avons perdu la valeur de la vie.

Qu’est-ce que cela signifie ? Si nous prenons quelques instants de réflexion, nous pouvons nous souvenir que nous ne connaissons pas la durée de notre vie. Nous ne savons pas si nous serons encore là demain ou dans quelques heures.

La sagesse Zen et bouddhiste parle de « précieuse renaissance humaine ».

Nous avons juste oublié que notre vie est très précieuse. Elle a vraiment de la valeur. Si nous comprenons que notre vie a de la valeur, alors c’est important de ne pas passer trop de temps dans des activités qui ne prennent pas en compte cette valeur. Dès que nous en prenons conscience, alors nous faisons naturellement des nouveaux choix et nous portons notre attention vers ce qui compte vraiment. En même temps, nous nous détournons des vaines distractions qui nous encombrent.

Imaginez que vous puissiez voir, pendant 2 heures seulement, un ami très cher que nous n’avez pas vu depuis 10 ans sans savoir quand vous pourrez le revoir.
Alors vous avez vraiment conscience de la valeur de ces 2 heures.
Il est peu probable que vous lui racontiez vos petits tracas de la journée, que vous lui demandiez pourquoi il a eu 5 minutes de retard ou parliez de la dernière vidéo que vous avez vu sur internet.
Au contraire vous feriez de ce rendez-vous un moment inoubliable. Vous voudrez savoir comment il a traversé ses dernières années, ses moments de joies et de peines. Vous voudrez partager avec lui ce qui vous anime dans la vie, parler de votre famille etc… Evidemment sans vous interrompre toutes les 2 minutes parce que vous avez reçu un message, un mail ou une notification sur votre téléphone.

Une vie remplie de non-sens

Si nous ne prenons pas conscience de la valeur de notre vie, celle-ci va se remplir de non-sens.

Une multitude de choses non essentielles vont venir faire obstacle à ce qui est important pour nous. L’évolution de notre société technologique et matérialiste a bien évidemment aggravé les choses.
Nous ne prenons presque plus le temps de nous reposer, nous mangeons pressés quand nous n’oublions pas de manger.

Nous nous plaignons de ne plus avoir de temps mais nous laissons nos vies se remplir littéralement de tout un tas de choses non essentielles ou superficielles : de non-sens.

L’expression NON-SENS fait ici référence à quelque chose qui ne fait pas sens pour nous par rapport à ce que nous voulons vraiment et ce qui est important pour nous dans notre vie.

Si nous menons une vie chaotique, nous ne sommes pas heureux, souvent stressés et nous n’avons plus de temps pour nous, déjà trop occupés par une foule de choses qui n’ont pas de sens.

Qu’est-ce qui donne de la valeur à notre vie ? Les trois piliers.

Nous sommes en contact avec la valeur de notre vie quand nous donnons un but élevé à notre vie : Plus de sagesse, d’amour, de compassion ; quand nous sommes conscients de notre direction ou de notre aspiration spirituelle.

Quand nous sommes conscients de la valeur de notre vie, nous trouvons naturellement qu’il y a des choses à faire et que nous avons du temps à consacrer à cela.

Une manière de mettre plus de sagesse dans notre vie peut reposer sur trois piliers.

  1. La sagesse de l’écoute (pour apprendre des autres et recevoir des enseignements)
  2. La sagesse de la réflexion (qui amène à la compréhension des autres et de soi)
  3. La sagesse de la méditation (pour intégrer profondément et nous libérer de la souffrance)

On peut intégrer la sagesse de la pratique dans celle de la méditation.

Notre vie alors reprends du sens, de la valeur et deviens très riche.

 

Mettre en place des bonnes habitudes

La pratique régulière (si possible quotidienne) de la méditation, du Qi Gong, de l’écoute, de la réflexion, du Yoga etc… nous permet de retrouver ou nous rappeler de la valeur de notre vie.

Il ne s’agit pas de s’efforcer à une discipline mais plutôt de réaliser combien ces moments sont bons et riches pour nous, combien ils nous nourrissent.

Par la suite, nous mettons plus facilement de côté les obstacles et les non-sens de notre vie quotidienne.

Les activités qui sont profondément liées à notre direction de vie, notre aspiration spirituelle ou philosophique, nous rappellent que notre vie est précieuse et que nous pouvons vraiment la rendre merveilleuse si nous choisissons les priorités.

Une histoire de priorité

Cela me rappelle une histoire que certains d’entre vous connaîtrons peut-être.

C’est un enseignant qui remplit un gros bocal en verre avec des gros galets (ou cailloux) devant ses élèves puis qui leur pose la question :

Est-ce que le bocal est plein ?

Les élèves répondent en cœur : « Oui ! Il est plein »

L’enseignant verse alors du gravier sur les galets qui vient alors remplir l’espace entre les galets et repose la question.

Est-ce que le bocal est plein ?

Les élèves répondent en cœur : « Oui ! Il est plein »

L’enseignant verse alors du sable très fin qui vient alors remplir l’espace entre les graviers et repose la question.

Est-ce que le bocal est plein ?

Les élèves répondent en cœur : « Oui ! Il est plein »

L’histoire continue parfois avec de l’eau qui vient remplir le reste de l’espace disponible.

Dans cette histoire, les gros galets représentent les choses importantes dans notre vie.

Le gravier représente les choses secondaires mais que nous sommes d’accord de faire, parfois des choses inutiles.

Le sable représente les choses futiles, le non-sens.

On comprend bien que si nous mettons les gros cailloux en premier, il reste de la place pour le gravier, puis éventuellement pour le sable.

Si nous mettons déjà du sable et du gravier dans le bocal, il est probable que nous ne pourrons plus mettre les cailloux sans que cela déborde ; nous n’aurons plus la place pour les choses qui donnent de la valeur à notre vie.

A l’inverse, si nous mettons en priorité les cailloux, les choses importantes dans notre vie, alors nous trouverons toujours de la place pour les choses secondaires et peut-être passeront nous moins de temps sur les choses futiles qui sont au final des obstacles à notre bonheur.

ET VOUS, quels sont les obstacles que vous avez laissé entrer dans votre vie, et quelles sont les choses qui redonnent de la valeur à votre vie ?

N’hésitez pas à partager dans les commentaires.

Fabrice Buonanno

Fabrice Buonanno

Je pratique et j’enseigne le Kiko depuis plus de 30 ans
Le Kiko (Qi Gong en japonais) est issu des pratiques internes des arts martiaux japonais et a pour but d’harmoniser le corps, le souffle (respiration, énergie) et l’esprit.
Le Zen et le Shinto ont considérablement influencé les arts martiaux japonais et en ont fait une Voie vers l’Unité.
Le Kiko intègre naturellement ces influences et peut être considéré comme une méditation en mouvement qui nous plonge avec douceur et intensité dans la conscience du moment présent.
J’ai enrichi depuis 30 ans ma pratique personnelle par des enseignements sur les philosophies et pratiques orientales, Taoïsme, Bouddhisme, Yoga, Védisme, arts martiaux.
J’enseigne en salle, je donne des cours en ligne et j’organise des stages à Montpellier, Paris et l’été dans les Cévennes.

S’inscrire à la newsletter

Partagez

Facebook
LinkedIn

Cet article a 4 commentaires

  1. Anne-Prelle

    Merci pour cette histoire de sagesse venue à point nommé !
    A peine la vacuité de l’été pleinement digérée, que voici les multiples sollicitations de rentrée, plus intéressantes les unes que les autres, commençaient à me chauffer la tête.
    Merci pour ce texte qui m’a ramené à la raison et vraiment invité à trier mes cailloux et réfléchir aux priorités les plus justes pour moi.

  2. Claire

    merci Fabrice pour ta sagesse, c’est exactement ma sensation en cette rentrée. Je découvre l’importance d’un temps que je m’acorde chaque matin depuis quelques semaines en début de journée, cela me pose et m’aide à être moi tout au long de la journée. A très vite

  3. Stefaniuc

    Merci !
    C’est tellement vrai ! heureusement que j’ai pris mon temps pour lire ces lignes.
    Mais alors, comment comprendre et distinguer le sable et les galets ? ¨Parfois l’éducation et l’influence culturelle nous embarque dans la fausseté. Et on risque de donner la priorité aux choses qui n’ont pas de valeurs.

    1. Fabrice

      Bonjour Victoria,
      Merci pour ton commentaire. Bien sûr la société a parfois tendance à nous faire croire que certaines choses futiles sont importantes. Mais au fond de nous, nous savons ce qui est du domaine de l’essentiel ou du superficiel.

Laisser un commentaire